Aujourd’hui, l’Echevinat du “bien-être animal” a le mérite d’exister mais reste est très anecdotique. Il ne s’intéresse, en gros, qu’aux chiens et chats. Et encore, de manière lacunaire.

Nous pensons que la question de l’intégration, du respect et du bien-être des animaux mérite plus et mieux. Animaux de compagnie, gestion des populations d’animaux sauvages urbains (pigeons, renards, oies…), conditions d’élevage, alimentation, propreté, biodiversité… 20 propositions concrètes défendues par Adrien Volant, Yves Rouyet candidats aux élections communales et Céline Delforge, Députée régionale bruxelloise ECOLO.

  1. Mettre en place un conseil consultatif des affaires animales (comme à Courcelles), composé de citoyen-ne-s sur base volontaire, de professionnels (comme des vétérinaires), des associations spécialisées et des échevin-es concernés.
  2. Établir une charte communale du bien-être animal.
  3. Proposer aux écoles de mettre en place des moments de sensibilisation à l’interdépendance des êtres vivants. Dans les classes de primaire, on pourrait amener des chiens et chats pour habituer les enfants au respect des animaux (expérience déjà tentée et très enrichissante).
  4. Rappeler l’interdiction de nourrir les pigeons, les canards des étangs et les renards avec explication pédagogique (si on les nourrit, leur population va s’accroître et devenir problématique; en outre le pain dans l’eau peut être mauvais pour la santé des canards, etc.).
  5. Limiter la reproduction des pigeons en installant des pigeonniers contraceptifs (on remplace les œufs par des leurres). Ne pas tuer les pigeons.
  6. Cohabitation dans les espaces verts. Les chiens ont besoin de courir mais il faut garantir la quiétude et la sécurité des autres usagers des parcs. Comment faire ? Une solution consiste à instaurer un créneau horaire pour lâcher les chiens sans laisse dans certains lieux, comme par exemple au “passage des dames” à l’abbaye de la Cambre.
  7. Entretenir le Bois des Commères à Boondael (et son espace réservé aux chiens), y dispenser des formations/coaching avec un comportementaliste canin.
  8. Entretenir les canisites avec distributeur de sachets déjections compostables.
  9. Etudier la faisabilité de détenir des animaux dans les logements publics. Les animaux peuvent jouer un rôle social et psychologique essentiel, notamment auprès des personnes âgées. En outre, autoriser les propriétaires d’un animal domestique à le garder quand ils obtiennent un logement social permet d’éviter les abandons ou le non accès au logement.
  10. Etudier les possibilités budgétaires d’organiser des consultations vétérinaires sociales avec convention CPAS/Vétérinaires.
  11. Offrir une prime pour tous les citoyens dans le cadre de le stérilisation et du puçage des chats domestiques.
  12. Mener une campagne de stérilisation des chats errants avec convention de partenariat avec les vétérinaires de la commune et création d’un groupe de citoyens bénévoles trappeurs et chargés du suivi de la convalescence avant la remise en liberté.
  13. Interdire la vente et la possession d’animaux sauvages sur le territoire de la commune.
  14. Bien encadrer les feux d’artifices qui traumatisent les animaux.
  15. Ne pas organiser de fêtes avec de la musique amplifiée dans les parcs et bois la nuit.
  16. Proposer systématiquement une alternative végétarienne dans les menus des cantines communales (écoles, homes et administration) pour tenter de réduire la quantité de viande consommée et donc de tuer moins d’animaux. Vérifier scrupuleusement les conditions d’élevage des animaux qui fournissent la viande et le lait qui seront néanmoins consommés. La conseillère communale ECOLO Catherine Rousseau a pu visiter avec l’Echevin compétent l’élevage de cochons qui fournissait en viande les cantines scolaires : elles étaient catastrophiques. Suite à cette visite, la Commune a changé de fournisseur.
  17. Faire un inventaire systématique des fournitures communales (vêtements, nourriture…) pour examiner si une alternative sans produits d’origine animale existe.
  18. Mettre fin aux attractions basées sur la captivité d’animaux et inviter à bannir ce type d’attractions des excursions scolaires des écoles communales en proposant des alternatives créatives de qualité. Établir une convention de bien-être animal avec le Cirque Bouglione qui s’installe chaque année place Flagey.
  19. Former les policiers à réagir de manière adéquate aux appels relatifs à des animaux abandonnés, dangereux ou en danger.
  20. Préserver les espaces verts, les talus, les jardins potagers, les intérieurs d’îlots verdurisés pour sauvegarder la biodiversité, les pollinisateurs et l’habitat de la petite faune sauvage.

photo : Yves Rouyet et Adrien Volant avec leurs chiens Manu et Lazlo, un levrier espagnol et un husky sauvés et adoptés (c) Bernard De Keyzer