Anaïs CamusJ’ai passé mon enfance à écouter mes parents et leurs proches parler de politique. Consciente de l’importance de l’engagement militant, il m’aura fallu parcourir quatre pays pour enfin découvrir le parti qui répondait à mes attentes : protection de notre Terre et de ses habitants (y compris ceux à naître !), justice sociale, émancipation, participation citoyenne… C’est donc avec beaucoup de motivation que je suis devenue membre chez ECOLO et avec pas moins de fierté que j’ai rejoint le Secrétariat Local.

Parcours

Je suis née à Paris en 1983. J’ai vécu en France pendant 18 ans, avant de traverser l’Océan Atlantique pour le Canada. Après quatre ans, je suis revenue en Europe accompagnée d’un Bachelier en Science Politique et de celui qui deviendra par la suite mon mari et le père de mon fils. Une courte halte d’une année en Angleterre, le temps d’obtenir une Maîtrise (toujours en Science Politique) et je m’installe dans la commune d’Ixelles, que je n’ai pas quittée depuis. Venir vivre en Belgique était le fruit d’un hasard le plus total. Pourtant, je suis tombée amoureuse de Bruxelles, puis du reste de ce pays suffisamment surréaliste pour être à la fois fascinant et attachant. J’ai rapidement commencé une thèse (en Science Politique !) à l’ULB où j’étais également assistante. Grâce aux spécificités du milieu académique, j’ai pu me plonger au cœur de nombreux débats politiques contemporains. De cette expérience, je retire une conviction inébranlable : le citoyen est et doit être au centre de notre société. Pour cela, tout État qui se veut démocratique doit investir dans la formation de citoyens critiques, engagés et responsables. J’ai eu la chance de poser ma pierre à cet édifice en participant à la formation de nombreux étudiants. Je pense pourtant avoir plus appris d’eux qu’ils n’ont appris de moi.
Une fois ma thèse en poche, j’ai quitté le monde universitaire. J’avais besoin de nouveaux défis plus concrets et plus proches du terrain. J’avais besoin de pouvoir défendre publiquement mes idées écologistes (ce que le principe du libre-examen nous encourage à ne pas faire, et avec raison, en tant qu’employés de l’ULB). Fraîchement militante chez ECOLO, j’ai également commencé une nouvelle carrière dans le milieu associatif belge. Toujours en contact quotidien avec la jeunesse du pays, je continue à défendre l’importance de la prise de conscience citoyenne, surtout si elle est éco-responsable !

Pour me contacter

Domicile : Chaussée d’Ixelles, 127